Produits Chimiques
A- | A+

Avis relatif à la sécurité des allume-feu solides

Télécharger l’avis (pdf)

 

La Commission de la sécurité des Consommateurs,

VU le code de la consommation, notamment ses articles L. 224-1, L. 224-4, R. 224-4 et R. 224-7 à R. 224-12

VU la requête n° 08-058

 

Considérant que,

 

I. LA SAISINE DE LA COMMISSION

En septembre 2008, la Commission a rendu un avis sur la sécurité de l’alcool à brûler et des gels allume-feu, dans lequel la Commission concluait à la dangerosité des allume-feu liquides et gélifiés, en particulier de ceux à base d’éthanol. Elle suggérait de mener des investigations sur les allume-feu solides apparemment plus sécuritaires, pour en déterminer plus précisément les avantages et les limites d’usage.

 

Afin de compléter ses recommandations sur les produits allume-feu, la Commission, décidait donc d’instruire un projet d’avis sur la sécurité des produits allume-feu solides, qui fait l’objet du présent rapport.

 

 

II. LES INVESTIGATIONS DE LA COMMISSION

Durant l’hiver 2008-2009, la Commission a procédé à une étude du marché des allume-feu solides auprès de différents réseaux de distribution, y compris sur internet. Une soixantaine de produits ont été répertoriés. Trente ont fait l’objet d’un examen plus approfondi (aspect, odeur, type de conditionnement, composition annoncée, étiquetage réglementaire…) et dix ont été retenus pour des essais en laboratoire.

 

Un partenariat a été engagé avec le Comité de coordination de toxicovigilance (CCTV) afin de recueillir les données sur les intoxications accidentelles dues aux produits allume-feu solides détenues dans le système informatique commun  des centres antipoison et de toxicovigilance (SICAP).

 

La Commission a fait appel au Laboratoire du feu et de l’environnement du pôle européen de sécurité CNPP-VERNON[1] pour réaliser une série d’analyses et d’essais sur dix allume-feu solides représentatifs des produits présents sur le marché. Ces essais étaient destinés à mieux appréhender les risques de brûlure et d’intoxication des usagers d’allume-feu solides à partir de la composition des produits, de leur comportement au feu et des caractéristiques de leur conditionnement.

 

Enfin, conformément à l’article L. 224-4 du code de la consommation, il a été procédé à une série d’auditions. Ont été ainsi entendus :

 

−        la société BRICORAMA ;

−        la société BRUNEL ;

−        la société FLAM’UP ;

−        la société PIETERCIL ;

−        la société KATADYN ;

−        la société CHIMINOVE ;

−        la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

 

Ont été sollicités mais n’ont pas donné suite aux demandes d’audition de la Commission :

 

−        la société LE GALEC (groupement d’achat des centres E. LECLERC) ;

−        la société FLAMINO.

 

III. LE MARCHÉ DES ALLUME-FEU SOLIDE

 

A. Les produits

Le terme « allume-feu » désigne en général une préparation[2] facilement inflammable spécialement conçue pour déclencher la combustion de corps solides combustibles mais plus difficilement inflammables (carton, bois, charbon…). Ainsi, dans la norme NF EN 1860-3 « allume-feu pour l’allumage des combustibles solides dans les appareils de cuisson au barbecue – exigences et méthodes d’essais » dont le contenu sera analysé plus loin, l’allume-feu solide est une « substance ou préparation solide, facilement allumable au contact d’une flamme nue et pouvant servir à allumer les combustibles solides pour barbecues et grils » (article 3.1).

 

Sur le marché, le terme allume-feu solide désigne aujourd’hui des produits beaucoup plus variés que les seules préparations chimiques et notamment les allume-feu dits « naturels ». Ces produits sont indifféremment prescrits pour allumer les barbecues, les cheminées, les inserts ou les poêles à charbon. On peut trouver trois types de produits en vente :

 

1. Les allume-feu solides à base de kérosène

 

Le kérosène ou pétrole lampant est un produit issu de la distillation du pétrole, principalement utilisé comme carburant dans l’aviation, du fait de son fort pouvoir énergétique (9kWh pour un litre) et de sa résistance aux basses températures. Selon son degré de raffinage, son point éclair est situé entre 38° et 60° C. Il n’est pas miscible dans l’eau. Les produits allume-feu à base de kérosène en sont composés à hauteur de 70 à 85 %. Sont ajoutés environ 15 à 20 % d’eau et pour moins de 3 % d’agents liant et stabilisant l’émulsion comme l’acide chlorhydrique, l’acide sulfonique de benzène ou des résines urée-formaldéhyde[3]. Certains fabricants ajoutent du lignite à cette préparation, ce qui diminuerait sensiblement la hauteur de flamme et allongerait la durée de combustion. Le kérosène est classé comme dangereux car facilement inflammable, nocif pour les poumons en cas d’ingestion (R 65) et absorption intestinale par toxicité systémique et passage dans la circulation et irritant pour la peau en cas d’exposition prolongée.

 

Ces allume-feu se présentent sous forme de parallélépipèdes emballés individuellement et pesant de 15 à 20 g, ou sous forme de plaques sécables d’environ de 200 à 400 g. D’aspect blanc, la matière en est facilement sécable et friable, ce qui rend difficile la découpe des plaques selon les lignes de coupe pré tracées par le fabricant. L’ajout de lignite donne alors au produit un aspect grisé et le rend moins sécable, c’est pourquoi il n’est dans ce cas présenté que sous emballage individuel.

 

Les allume-feu à base de kérosène dégagent une forte odeur d’hydrocarbures qui persiste sur les objets et parties du corps avec lesquels ils ont été en contact.

 

 

 
 
 
Kérosène incorporant du lignite
Kérosène
Plaque sécable

 

 

2. Les allume-feu à base de paraffine

On appelle paraffines des mélanges d’hydrocarbures saturés (ou alcanes) obtenus à partir du pétrole et qui se présentent sous forme liquide ou solide à température ambiante. Ils sont sans odeur, et leur température de fusion se situe entre 40 à 60° C. Pour fabriquer des allume-feu solides, on peut utiliser des paraffines plus ou moins déshuilées, contenant de ce fait plus ou moins d’hydrocarbures aromatiques, obtenues à partir de la gatsch issue de la fabrication de lubrifiants. La paraffine est classée dans les substances dangereuses car facilement inflammable et nocive (R 65). En cas de contact prolongé, elle peut provoquer des irritations de la peau. Les allume-feu à base de paraffine contiennent également en petite quantité de l’eau, des produits liants et des agents tensioactifs.

 

 

Certains fabricants ajoutent à la paraffine du kérosène fortement désaromatisé pour minimiser l’odeur de l’allume-feu. Cet ajout a pour objectif d’abaisser le point éclair du produit, ce qui en facilite l’allumage. Les cubes allume-feu à base de paraffine pèsent environ 10 g. Ils sont d’aspect blanc légèrement translucide, inodores, lisses et rayables à l’ongle. Ils ne sont ni cassants, ni friables. Ils sont vendus par paquets de 24 doses et plus sous emballage carton ou sous « blisters » en plastique et aluminium.
 

 

3. Les allume-feu « naturels »

 

Cette catégorie d’allume-feu, relativement récente sur le marché, comprend des produits divers plus ou moins manufacturés.

 

On peut y distinguer :

 

 

a.     Les allume-feu à base de bois et de végétaux compressés

 

Ce sont les plus courants sur le marché, à base de déchets de bois ou de végétaux compressés, présentés sous forme de blocs, de bûchettes, de cigares ou d’allumettes (avec bout soufré et grattoir sur l’emballage). Ils sont composés pour la plupart de 50 % de résidus de végétaux, de bois feuillus ou de résineux usinés (fibres, sciures, copeaux) et de 50 % de paraffine, de cires ou d’huiles végétales (huile de colza). On trouve également des produits essentiellement à base de fibres végétales déshydratées et extrudées. D’aspect brun, très légers, ils sont peu odorants. Ils sont vendus en doses individuelles (de 24 à 96) ou en plaques sécables prédécoupées sous sachet plastique et sont présentés comme des produits « naturels », « écologiques », « propres », « sans odeur », « non toxiques ». Les fabricants apposent cependant sur l’emballage le pictogramme normalisé indiquant que le produit est « facilement inflammable » quand ils contiennent des liants à base d’hydrocarbures.

 

 

     
b. Les allume-feu à base de végétaux non compressés

Il s’agit de bûchettes de bois résineux parfois recyclés à l’état brut, de copeaux de bois ou de fibres de bois sous forme de pelotes. Leurs emballages ne portent pas de pictogrammes normalisés, mais des indications détaillées sur le mode opératoire et les durées de combustion.

 

 

 
 
 
Pelotes d’écorces
Bûches de résineux

 

B. La commercialisation des allume-feu solides

 

Les fabricants de produits allume-feu commercialisés en France sous marque propre ou sous marques de distributeurs sont français ou européens (Grande-Bretagne, Belgique, Allemagne, Pays-Bas pour les produits à base d’hydrocarbures auxquels s’ajoutent les pays de l’est pour les produits naturels). Les produits sont vendus dans le commerce de détail (drogueries, quincailleries, magasin de sports loisirs), en grandes surfaces alimentaires, en grandes surfaces de bricolage, dans les jardineries et sur internet.

 

Les allume-feu solides représentent en moyenne 50 % des ventes de produits allume-feu, mais cette proportion varie sensiblement selon la qualité de l’offre du distributeur et de sa stratégie de vente. Elle peut alors atteindre 80 % des ventes dans certains réseaux. Contrairement aux produis liquides, les allume-feu solides sont autant, sinon davantage, vendus en hiver qu’en été car ils sont très utilisés pour l’allumage des foyers de cheminées, des inserts ou des poêles, en milieux urbains ou ruraux.

 

Malgré la diversification de l’offre, les produits à base de kérosène restent encore les plus vendus. Ils représentent en moyenne plus de 50 % des ventes d’allume-feu solides. La paraffine en représente 25 % et les produits naturels, apparus récemment mais en forte progression, 25 %. Les déterminants d’achat restent cependant difficiles à isoler. Le produit allume-feu n’est pas un achat d’impulsion, il répond d’abord à un besoin, mais le prix n’est pas forcément un critère de choix pour le consommateur.

 

Sur le fondement des prix relevés en région parisienne au premier trimestre 2009, le prix d’un paquet d’allume-feu de 32 cubes peut varier du simple au double, entre 2 € et 4 €.

 

Pour un tel conditionnement, le coût d’usage moyen d’un allume-feu solide est de l’ordre de 0, 33 € par allumage[4], et baisse en fonction de la quantité conditionnée :

 

 

 
Produits
Prix de vente moyen (paquets de 32 cubes)
Prix moyen à l’allumage  
Cubes à base de paraffine
2,09 €
0,26 € (4 cubes)
Cubes à base de kérosène
2,90 €
0,36 € (4 cubes)
Cubes à base de matières naturelles (bois compressé)
4,02 €
0,38 € (3 cubes) (a)

(a) Considérant que certains de ces cubes ou bâtonnets ont une taille supérieure aux autres produits.

 

Cependant, les plaques dites « sécables » d’allume-feu à base de kérosène et de certains bois compressés entrainent souvent une surconsommation du produit quand il est difficile de débiter les cubes exactement selon les lignes pré-tracées.

 

Le confort d’usage a longtemps orienté le choix des consommateurs vers les produits paraffiniques sans odeur ou conditionnés à l’unité. Aujourd’hui, le succès des allume-feu naturels, confirme l’évolution des modes de consommation au profit de produits domestiques apparemment plus respectueux de l’environnement.

 

IV. L’ANALYSE DES RISQUES

 

A. L’ACCIDENTOLOGIE

 

1. Les bases de données généralistes

 

 

La Commission a interrogé successivement le pôle d’expertise du risque Calyxis[5] et l’Institut de veille sanitaire (InVS), pour obtenir des informations sur l’accidentologie des allume-feu solides. La base CALIXYS ne dispose pas encore d’enregistrements d’accidents corporels consécutifs à l’usage d’allume-feu solides.

Sur la période 2004-2006, l’InVS n’a recensé que 5 accidents liés à l’usage des allume-feu solides[6] dans la base de l’enquête permanente sur les accidents de la vie courante (EPAC) :

 

−        trois cas de succion ou d’ingestion accidentelle par des enfants de 15, 16 et 24 mois, sans lésions consécutives ;

−        deux cas avérés de brûlures de la main avec de la paraffine chaude pour des adultes, dont une au second degré.

 

Il faut cependant noter que cette base ne recueille que les données concernant les patients admis aux urgences pour un accident de la vie courante dans une dizaine d’hôpitaux volontaires. Elle ne comptabilise pas les patients directement dirigés vers des unités spécialisées. Echappent par exemple de ce fait à ce recueil les victimes d’une ingestion accidentelle non hospitalisées et celles qui n’ont pas consulté les centres antipoison.

 

Pour compléter ces données, la Commission a mené une étude spécifique auprès des centres antipoison et de toxicovigilance, afin de caractériser le risque d’ingestion et d’intoxication, qui semblait, a priori, le risque d’usage majeur des allume-feu solides.

 

 

2. Les données des centres antipoison

 

 

Grâce à son partenariat avec le comité de coordination de toxicovigilance, la CSC a pu accéder aux données détenues par le réseau national des centres antipoison et de toxicovigilance[7] qui, en tant que réseau d’intervention spécialisé, détient en France depuis 1999 l’essentiel des données accidentologiques concernant les intoxications par ingestion, inhalation ou contact avec tous types de substances et de préparations.

 

La base nationale des cas d’intoxication (BNCI)[8] gérée dans le système d’information commun des centres antipoison et de toxicovigilance qui recense les données de neuf centres sur dix a enregistré 2105 appels pour des expositions aux allume-feu solides entre 1999 et le 31 janvier  2009, soit plus de 200 par an et 0,17 % des cas rapportés chaque année, tous toxiques confondus.

 

Dans 99 % des cas, il s’agissait d’ingestion ou de contact buccal avec le produit. Seuls 9,1 % des cas ont été symptomatiques (troubles digestifs 4,8 % et troubles respiratoires 3,7 %). Ce pourcentage est largement inférieur à celui de l’ensemble des cas d’intoxications (36,2 %) répertoriés dans la base. Quant aux allume-feu liquides,   58 % étaient symptomatiques avec survenue d’une pneumopathie dans 7,3 % des cas.

 

Pour les médecins experts des centres antipoison interrogés par le rapporteur[9], la forme solide limite en effet fortement les risques d’intoxication par les produits nocifs ou toxiques présents dans certains allume-feu. Sauf allergie à l’un des composants, le suçage, le grignotage voire même l’ingestion d’un cube allume-feu solide n’auraient en général pas d’autres conséquences que des désordres digestifs et intestinaux passagers.

 

90 % des victimes sont des enfants de moins de quatre ans, dont 9,5 % de moins d’un an. Ce chiffre est largement supérieur la proportion de cas d’intoxications accidentelles d’enfants avec des produits domestiques, qui impliquent globalement 5 % d’enfants de moins de 1 an et 45 % d’enfants entre 1 an et 4 ans.

 

En revanche, il est difficile de tirer du système SICAP des conclusions sur la dangerosité spécifique de certains produits. En effet, dans 40 % des cas, la marque des allume-feu en cause n’est pas spécifiée. 27 % des cas ne concernent que trois produits et les 33 % restant impliquent 27 produits différents. Cependant rien ne permet de conclure que ces pourcentages s’expliquent par le caractère dangereux des allume-feu ou par leur plus ou moins grande diffusion auprès du public[10].

 

Néanmoins, on peut remarquer que, certainement en liaison avec l’âge de la plupart des victimes :

 

−        les blocs sécables et les cubes individuels sont de la même façon impliqués dans les accidents ;

−        l’odeur et l’aspect du produit semblent de peu d’importance pour prévenir le risque d’ingestion, puisqu’ils surviennent parfois avec des allume-feu à base de kérosène, pourtant caractérisés par une forte odeur d’hydrocarbures ;

−        on constate des accidents d’ingestion avec des allume-feu à base de bois compressé.

 

97 % des accidents se sont produits à domicile mais seulement 3 % dans le jardin. Enfin, 56 % de ces accidents sont survenus entre octobre et avril, ce qui confirmerait soit que les allume-feu solides sont autant utilisés durant la période hivernale que l’été, soit que les accidents surviennent pendant la période de stockage et non à l’occasion de l’utilisation des produits.

 

Au terme de son étude, le Comité de coordination de toxicovigilance conclut : « il paraît légitime de proposer le remplacement des allume-feu liquides par des allume-feu solides ».

 

B. DESCRIPTION QUALITATIVE DES RISQUES LIES A L’USAGE DES ALLUME-FEU SOLIDES

 

Sur le fondement d’entretiens avec les professionnels du réseau des centres antipoison, de l’examen des fiches de données de sécurité établies par les professionnels et des fiches toxicologiques de l’Institut national de recherche en sécurité (INRS), la Commission a établi un tableau de synthèse des risques potentiels d’usage des allume-feu solides. Compte tenu du manque de précision des données accidentologiques, ces risques n’ont pu être hiérarchisés.

 

Description qualitative des risques lies a l’usage des allume-feu solides

 

Nature du risque

Circonstances des accidents

Causes

Facteurs aggravants

Asphyxie par obstruction des voies digestives

Ingestion ou inhalation d’un cube allume-feu, d’un fragment, de poussières ou de miettes (fausse route).Accessibilité au produit.

Caractère facilement cassable ou friable du produit. Caractère attractif du produit du fait de sa forme, de son aspect, de son odeur. Confusion possible avec un aliment.Présentation en plaques sécables ne permettant pas la maîtrise de la taille et de la forme des morceaux prélevés. Caractère hydrophile du produit de base (bois, fibres végétales).

 

Atteinte des voies digestives

Par ingestion d’un cube ou d’une partie détachable Forme des fragments de produits ingérés. Présence d’échardes ou de particules très fines (silice) dans les produits à base de bois compressé.

Intoxication digestive

Succion ou ingestion d’un cube allume-feu, d’un fragment, de poussières ou de miettes. Succion de l’emballage ou d’une partie du corps ayant été en contact avec le produit.Accessibilité au produit.

Caractère attractif du produit du fait de sa forme, de son aspect, de son odeur. Confusion possible avec un aliment. Présence de substances nocives, irritantes, allergènes ou toxiques dans le produit (kérosène, paraffine, résines, insecticides, fongicides, formaldéhyde…).Terrain allergique de la victime. Absence de traçabilité de produits exogènes au processus de fabrication des cubes (solvants pour la paraffine, produits phytosanitaires pour les végétaux..).

Intoxication respiratoire

Inhalation de poussières ou de gaz se dégageant du produit ou des fumées lors de la combustion. Effet systémique de l’ingestion d’allume-feu à base d’hydrocarbures.Composition du produit, présence de produits de conservation ou de traitements subis par les composants. Dégradation du produit dans le temps (attaque fongique pour les végétaux).Terrain allergique de la victime.

Absence de traçabilité des composants ou produits de traitement des composants.

Brûlure et incendie

Effet flash lors de l’allumage. Embrasement subit des allume-feu. Taille des flammes produites. Explosion du produit au contact de la flamme. Ecoulement de produit en fusion. Projections de matière, d’étincelles. Temps d’allumage trop long ou défaut d’allumage du foyer à la première tentative. Tentative de rallumage de foyer braisant.Composition du produit.Non respect des consignes d’utilisation (accumulation des cubes en un point du foyer ; usage d’un nombre excessif de cubes). Distance insuffisante entre l’utilisateur et le foyer.

Irritation cutanée ou ophtalmique

Contact de la peau, des muqueuses ou des yeux avec le produit, son emballage ou les fumées de combustion.

 

 

V. LA RÉGLEMENTATION

 

Il n’existe pas de réglementation spécifique aux allume-feu solides. Ceux qui ne contiennent pas de produits considérés comme dangereux pour la santé humaine relèvent de la directive 2001/95/CE relative à la sécurité générale des produits. Ceux qui incorporent des substances ou des préparations dangereuses sont soumis à des exigences spécifiques.

 

A. L’EMBALLAGE ET L’ETIQUETAGE DES ALLUME-FEU INCORPORANT DES SUBSTANCES ET PREPARATIONS DANGEREUSES

 

Ces produits relèvent actuellement des directives 67/548/CEE et 1999/45/CE modifiées qui fixent les exigences relatives à la mise sur le marché des substances[11] et préparations dangereuses. En France, les dispositions de ces directives sont reprises dans l’arrêté du 20 avril 1994 modifié et dans l’arrêté du 9 novembre 2004 modifié, qui fixent respectivement les conditions de déclaration aux autorités, de classification, d’emballage et d’étiquetage des substances et des préparations dangereuses[12].
Ces textes visent à permettre l’identification de toutes les propriétés physico-chimiques, toxicologiques et éco-toxicologiques des substances des préparations pouvant constituer un risque lors de leur mise sur le marché et de leur manipulation. Ils imposent notamment :
−         la lisibilité de l’étiquette ;
−         la présence de pictogrammes normalisés en fonction de la classification du ou des risques des composants du produit ;
−         la mention sur l’emballage de phrases détaillant ces risques (dites « de type R ») et les avertissements d’usage (dites « de type S ») ;
−         la mention des éléments nécessaires à l’identification du produit (nom commun, n° CAS – pour Chemical Abstracts Service – EINECS[13] – Inventaire Européen des Substances chimiques Commerciales Existantes – ou ELINCS – European List of Notified Chemical Substances- pour les produits commercialisés après 1981, ainsi que le nom, l’adresse et les coordonnées téléphoniques du fabricant ou du distributeur) ;
−         l’obligation de doter les emballages des produits contenant des substances ou préparations très toxiques, toxiques ou corrosives d’une « fermeture de protection pour les enfants » (arrêté du 20 avril 1994) aussi appelée « fermeture de sécurité pour les enfants » (arrêté du 9 novembre 2004) et d’une indication de danger décelable au toucher pour les malvoyants.
Ils n’obligent toutefois pas les professionnels :
−         à faire figurer sur l’étiquette la composition ou les principaux composants dangereux du produit[14] ;
−         à rendre certaines informations visibles pour le consommateur (pictogrammes, phrases de risques et avertissements) au même titre que la dénomination commerciale du produit[15] ;
−         à limiter la quantité de conditionnement unitaire de certains produits dont le stockage pourrait être particulièrement dangereux, notamment les produits facilement inflammables.

 

B. LES FICHES DE DONNÉES DE SÉCURITÉ

 

Depuis 1988, les fabricants des substances et préparations classées comme dangereuses ou en contenant certaines proportions doivent fournir aux employeurs et travailleurs indépendants une fiche de données de sécurité[16]. Cette fiche contient tous les renseignements relatifs à la composition du produit, à ses caractéristiques, aux risques pour la santé humaine et à sa prévention.
La réglementation ne prévoit pas la remise de cette fiche aux non professionnels. Dans le cas des préparations qui sont exclusivement à l’usage du grand public et dès lors qu’elles « sont accompagnées d’informations suffisantes pour permettre aux utilisateurs de prendre les mesures nécessaires pour la protection de la santé humaine, de la sécurité et de l’environnement », la fourniture de cette fiche aux utilisateurs et aux distributeurs n’est pas obligatoire[17].
Lors de ses auditions, la Commission a pu constater que les distributeurs et les importateurs d’allume-feu solides à base de kérosène ou de paraffine et de certains produits à base de bois compressé, utilisent ces fiches de données de sécurité comme des outils de référencement des produits. Par méconnaissance de la norme NF EN 1860-3, ils considèrent en effet ces fiches de renseignements comme suffisantes pour attester de la qualité des allume-feu solides et estimer leur dangerosité. Or, rien dans ces documents ne concerne la sécurité d’usage des produits (comportement au feu) alors que la norme NF EN 1860-3 détermine sur ce point des prescriptions et des essais très précis. Ces fiches ne peuvent donc être assimilées à des rapports de conformité à la norme NF EN 1860-3.
Bien entendu, ces fiches n’existent pas pour les allume-feu qui n’incorporent pas de substances ou préparations dangereuses.

 

C. LE RISQUE DE CONFUSION AVEC DES DENRÉES ALIMENTAIRES

 

Le décret n° 92-985 du 9 septembre 1992 relatif à la prévention des risques résultant de l’usage de certains produits imitant des denrées alimentaires (cf. annexe 2) prévoit que :
« Les produits qui ne sont pas des denrées alimentaires, mais dont il est raisonnablement prévisible que les consommateurs, en particulier les enfants, pourront les confondre avec des produits alimentaires, compte tenu de leurs caractéristiques, notamment leur forme, leur odeur, leur couleur, leur aspect, leur conditionnement, leur étiquetage, leur volume ou leur taille, ne doivent pas comporter, pour la sécurité ou la santé des personnes, de risques tels que l’étouffement, l’intoxication, la perforation ou l’obstruction du tube digestif. » (Article 1).
A cet effet, le décret fixe notamment des limites de biodisponibilité de certaines substances et métaux lourds tels que l’antimoine, l’arsenic, le cadmium, le plomb ou le mercure (article 2). Mais surtout, il prévoit que ces produits et leurs parties détachables doivent être de dimensions suffisantes pour ne pas pouvoir être ingérées par des enfants de moins de trente-six mois (article 3). Il ne fixe pas, en revanche, d’exigences pour prévenir l’accès des jeunes enfants au produit par la sécurisation de l’emballage.
Lors de son audition par la Commission, la DGCCRF a précisé, selon elle, que ce décret ne concernerait que les produits qui sont des répliques de denrées alimentaires, en particulier, s’ils sont destinés aux enfants ou particulièrement attractifs pour eux comme les gommes, les bougies décoratives ou les savons en forme de fruits ou de confiseries. De ce fait, il ne serait pas applicable aux allume-feu solides, dans la mesure où ceux-ci ne pourraient être confondus avec des denrées alimentaires, notamment du fait de leur odeur, de leur aspect et de leur fonction qui ne les prédisposent pas être laissés directement à la portée de jeunes enfants. Par ailleurs, l’emballage, qui préserverait d’un contact direct avec le produit, ne nécessiterait pas d’être sécurisé.
Au vu de l’accidentologie portée à sa connaissance et de son analyse globale des risques, la Commission ne partage pas l’avis de la DGCCRF sur la confusion possible entre aliments et allume-feu. L’allume-feu solide apparaît être malgré sa fonction, son odeur parfois désagréable et son aspect, un produit attractif pour les jeunes enfants, susceptible d’être mis en bouche, voire avalé particulièrement lorsque celui-ci est présenté sous certaines formes ou placé sous certains emballages. Si le risque d’intoxication aiguë en cas d’ingestion n’est pas avéré, le risque de fausse route apparait raisonnablement prévisible du fait de la taille et de la consistance de certains de ces allume-feu.

 

VI. LA NORMALISATION

 

Les allume-feu solides relèvent de la partie 3 de la norme européenne NF EN 1860 : « Appareils, combustibles solides et allume-barbecue pour la cuisson au barbecue » publiée en janvier 2004, elle-même intitulée « allume-feu pour l’allumage des combustibles solides dans les appareils de cuisson au barbecue – exigences et méthodes d’essais ». Cette norme spécifie les exigences en matière de sécurité, de performances, d’emballage et de marquage ainsi que les méthodes d’essai, relatives aux allume-feu solides, liquides, pâteux et en gel. Sa révision vient d’être décidée fin avril 2009 à la demande de la France[18], de l’Irlande, de l’Allemagne, de l’Autriche, de l’Italie et de l’Espagne.
En effet, comme la Commission l’a signalé dans son avis du 4 septembre 2008 relatif à la sécurité de l’alcool à brûler et des gels allume-feu à base d’éthanol, cette norme, publiée depuis plus de cinq ans, reste encore très peu appliquée, mais surtout très peu connue des professionnels, des fabricants comme des distributeurs.
Elaborée uniquement par des fabricants, experts et distributeurs d’appareils de cuisson au barbecue, cette norme est restrictive dans son domaine d’application, car ces mêmes allume-feu, statistiques de ventes à l’appui (cf. supra) servent indistinctement pour l’allumage des barbecues, des cheminées et des poêles à bois. Elle ne reflète plus l’état du marché, depuis l’apparition des gels allume-feu à base d’éthanol et des allume-feu « naturels », pour lesquels elle ne fixe pas de prescriptions.
Sur le plan technique, et pour ce qui concerne uniquement les allume-feu solides, objet du présent avis, certains professionnels, qui se réfèrent à cette norme, ainsi que la Commission ont relevé un certain nombre d’imprécisions, d’incohérences ou d’omissions qui ne permettent pas de garantir, pour l’ensemble des produits disponibles sur le marché, et même s’ils s’y conforment, un niveau de sécurité satisfaisant. Ont notamment été relevés les problèmes suivants :

 

A. UNE INFLAMMABILITÉ ET UNE STABILITÉ NON QUALIFIÉES

 

La norme NF EN 1860-3 exclut de son domaine d’application les allume-feu liquides « très inflammables[19] » (article 1), c’est-à-dire ceux dont le point éclair est inférieur à 55°C (article 4.1.2), sauf dans les formules stabilisées. Aucune donnée objective n’est en revanche utilisée pour qualifier l’inflammabilité des produits solides ou leur stabilité. Sur les fiches de données de sécurité des produits, les fabricants spécifient parfois ce type d’informations comme le point éclair et le point de fusion des principaux composants de leurs allume-feu. Ces valeurs restent approximatives car ces substances interagissent entre elles. Il serait préférable d’utiliser les protocoles d’essais spécifiques qui permettent de déterminer le point éclair des produits solides susceptibles d’émettre des vapeurs inflammables[20].

 

B. L’ABSENCE DE PRISE EN COMPTE SPÉCIFIQUE DES ALLUME-FEU “NATURELS”

 

Les allume-feu « naturels » ne sont pas pris en compte dans la norme NF EN 1860-3. Or, comme on l’a vu précédemment, les termes « naturels », « 100 % naturels » « écologiques », « biologiques », utilisés par les professionnels pour désigner leurs produits, ne recouvrent pas une gamme de produits homogènes, et leurs qualités biologiques ne sont pas certifiées par un organisme tiers (ex : labels AB ou ECOCERT pour les produits se disant « écologiques »). Par ailleurs, certains d’entre eux incorporent dans ces allume-feu de la paraffine, ce qui ne les rend plus vraiment « naturels ».
Enfin, il n’existe actuellement aucune exigence sur l’origine et les caractéristiques des composants végétaux utilisés, alors que celles-ci peuvent avoir un impact sur leur dangerosité :
−         les sciures et les fibres de certains bois exotiques sont très allergènes ou très irritantes du fait de leur forte teneur en silice. Ces bois peuvent en outre contenir des résidus de produits phytosanitaires destinés à les protéger lors de leur culture ou de leur transport (insecticides, fongicides..) et nocifs pour l’organisme ;
−         les sciures issues de l’usinage de panneaux de bois ou du recyclage de bois d’œuvre incorporées dans les allume-feu en bois compressé peuvent contenir des résidus nocifs de colles à base d’urée formol, de traitements insecticides ou anti-humidité également nocifs.
Enfin, il n’existe aucun essai, ni aucune exigence concernant les allégations sur le caractère naturel ou écologique et sur les performances de certains allume-feu vendus comme tels.

 

C. L’ABSENCE DE PRESCRIPTIONS DE SÉCURITÉ

 

Paradoxalement et contrairement aux allume-feu liquides, pâteux ou en gel, la norme NF EN 1860-3 ne fixe pas d’exigences et d’essais pour déterminer la sécurité des allume-feu solides (fixées pour les premiers à l’article 4.1.4 et dans l’annexe normative A). Elle ne fixe que des exigences de performances. De ce fait, les allume-feu solides ne sont pas soumis à des essais en présence de combustible éteint, de braises ou d’une flamme nue.
Par ailleurs, le risque spécifique d’ingestion d’un allume-feu solide, et d’étouffement par fausse route pour de jeunes enfants n’est pas traité. A cet effet, les doses individuelles pourraient être soumises au test du cylindre tel que prévu notamment par la norme NF EN 71-1 « sécurité des jouets »[21].

 

D. DES INDICATEURS DE PERFORMANCES IMPRÉCIS ET INCOMPLETS

 

En termes de performances, pour être conformes à la norme NF EN 1860-3, les allume-feu solides devraient (articles 4.2.1.1 et 4.2.2) :
−         s’allumer facilement ;
−         brûler sans interruption ;
−         ne pas produire de flambée, d’étincelles, de projections ;
−         ne pas produire de déflagration soudaine, ne pas détoner ou exploser[22] ;
−         ne pas suinter ;
−         ne pas s’embraser au contact d’une flamme nue ;
−         permettre l’obtention d’une intensité de rayonnement de 500 W/m² en moins de 25 mn.
Or, la plupart de ces exigences ne sont ni quantifiées ni mesurées par des indicateurs objectifs dans l’annexe normative B : « Méthode d’essai pour déterminer les caractéristiques de combustion d’un allume-feu ». La conformité des produits à ces exigences est évaluée à dire d’expert, sur observations.
Par ailleurs, les protocoles d’essais décrits sont imprécis, voire impropres à qualifier ce qui est recherché :
−         le seul essai prévu pour les allume-feu solides consiste à appliquer une flamme nue sur un coin de l’allume-feu pendant « une période n’excédant pas 5 secondes conformément aux instructions du fabricant d’allume-feu ». Rien n’est cependant prévu si ces instructions ne concordent pas avec le protocole. Plus loin, l’essai est réalisé sur « un morceau d’allume-feu prélevé dans un (deuxième) paquet individuel non ouvert ». Or, aujourd’hui, il existe de nombreux allume-feu solides qui se brûlent dans leur emballage individuel pour éviter au consommateur tout contact avec le produit ;
−         l’article 4.2.2 « temps d’allumage » est validé par le mode opératoire décrit dans l’annexe normative C : « méthode d’essai pour déterminer la performance d’allumage d’un allume-feu » qui consiste à mesurer le laps de temps dans lequel un foyer rempli à 25 % de son volume de charbon de bois, allumé par l’allume-feu solide atteint une intensité de rayonnement de 500 W/m². Bien que le combustible soit normalisé, la durée de cet essai est de 25 minutes, soit bien au-delà de la durée de combustion de l’allume-feu lui-même[23] ;
−         rien n’est prévu pour vérifier l’allumage des allume-feu en bois compressé à bout soufré[24].
Dans sa rédaction actuelle, la norme apparaît donc comme trop imprécise et incomplète. Il est de ce fait à craindre qu’elle ne soit interprétée de différentes façons selon les laboratoires qui l’utiliseraient, sachant par ailleurs qu’il peut y avoir auto-certification par le fabricant sur certains points (composition du combustible de base). Ceci pourrait rendre difficile le contrôle du marché par les autorités, dans le cas où les résultats d’essais sur les produits prélevés divergeraient de ceux présentés par les professionnels.

 

E. UN TRAITEMENT PARTIEL DE LA SÉCURITÉ DES EMBALLAGES

 

La définition normative de l’emballage, en tant qu’« emballage grand public ou emballage individuel, tel que acheté par le consommateur chez le détaillant » (article 3.4) est insuffisante pour décrire les différents conditionnements sous lesquels les allume-feu solides sont vendus, c’est-à-dire l’emballage extérieur (boîte en carton, sachet plastique, sac en papier) et le ou les emballages donnant directement accès au produit (en cas de doses individualisées).
Or, sont utilisés dans l’annexe B les termes d’ « emballage extérieur » et « de paquet individuel » et dans l’annexe D, dont l’objet est « d’établir l’intégrité et l’aptitude à l’emploi de l’emballage grand public », les essais portent sur « les paquets individuels » ou les « sachets individuels », sans que ces termes n’aient été préalablement définis.
Le comportement au feu des sachets individuels entourant certains allume-feu solides n’est pas traité par la norme, alors même que ce type d’emballage est destiné à être brûlé pour éviter le contact de l’usager avec la matière de l’allume-feu. Dans l’annexe B (§ B.3.1) la méthode d’essai prévoit ainsi d’« enlever un morceau d’allume-feu du paquet individuel ». Il serait pourtant raisonnable de mesurer le risque d’embrasement ou d’explosion des emballages individuels sous l’effet des émissions de gaz inflammables, et par voie de conséquence les risques de projection de produit liquéfié.
Les essais de résistance des emballages ne sont envisagés que vis-à-vis de la chaleur et de l’humidité, et uniquement pour les allume-feu conditionnés en sachets individuels, « prélevés dans des emballages extérieurs récemment ouverts » (cf. annexe D-§2). La norme NF EN 1860-3 ne définit donc aucune prescription ni aucune méthode d’essai pour vérifier la résistance à l’ouverture par de jeunes enfants de l’emballage qui donne accès au produit[25], alors que celles-ci existent dans d’autres normes[26]. Elle ne traite pas le cas du film entourant les plaques sécables, qui une fois ouvert, n’assure plus la préservation du produit.

 

 

F. LE MARQUAGE ET LES INSTRUCTIONS D’EMPLOI

 

La norme rappelle strictement les principes de marquage prévus par la réglementation européenne relative aux substances et préparations dangereuses. Elle ne prescrit pas la mention de la composition ou des principaux composants dangereux du produit sur l’étiquette, alors qu’elle figure sur certains emballages pour faciliter l’intervention des professionnels de santé en cas d’ingestion accidentelle.
Elle ne prévoit pas que l’emballage comporte un avertissement spécifique sur le risque de brûlure alors que la DGCCRF a déjà recommandé aux professionnels commercialisant des allume-feu liquides d’y faire figurer la mention : « Ne pas utiliser sur des braises ou sur des flammes vives ». Dans un souci de prévention, cette recommandation pourrait être intégrée à la norme et être étendue aux produits solides.

 

 

VII. LES ESSAIS DE LABORATOIRE

 

A. LA MÉTHODOLOGIE

 

La Commission a confié au Laboratoire du feu et de l’environnement du pôle européen de sécurité CNPP-VERNON la réalisation d’une série d’analyses et d’essais d’usage sur une dizaine d’allume-feu solides représentatifs des différents produits présents sur le marché français :
−         trois allume-feu à base de kérosène (produits ci-dessous dénommés 1, 2, 3) ;
−         trois allume-feu à base de paraffine ((produits ci-dessous dénommés 4, 5, 6) ;
−         quatre allume-feu à base de bois compressé (produits ci-dessous dénommés 7, 8, 9, 10).
Ces essais étaient destinés à mieux appréhender les risques de brûlure et d’intoxication des usagers d’allume-feu solides à partir de la composition des produits, de leur comportement au feu et des caractéristiques de leur conditionnement.
Pour mener ces essais, le Laboratoire du feu s’est servi notamment des référentiels suivants :
−         la norme NF EN 1860-3 pour la composition et le comportement au feu et à la chaleur des produits[27] ;
−         les normes NF EN 71-1 : sécurité des jouets ; NF EN 1227-2 : parcs à usage domestique ; EN 14350-1 : articles de puériculture – articles pour l’alimentation liquide et NF EN ISO 1924-2 ‑ papier et carton ‑ Détermination des propriétés de traction ‑ Partie 2 : méthode à gradient d’allongement constant (20 mm/min), pour les essais de traction et le test du cylindre tronqué ;
−         les données de l’OMS et de l’INRS pour les valeurs toxicologiques de référence dans les produits et les fumées dégagées à la combustion (cf. annexe 3).
Compte tenu de la taille de l’échantillon et des conditions d’expérimentation, les résultats présentés ci-dessous ne peuvent être généralisés à l’ensemble des allume-feu du marché. Certains, concernant les émissions de gaz nocifs dans les fumées, pourraient utilement être menés dans des conditions de combustion différentes afin de déterminer celles qui présentent un réel danger pour le consommateur.

 

B. LES RÉSULTATS

 

1. Le risque de brûlure

 

Celui-ci a été évalué en mettant en œuvre le protocole opératoire prévu par l’annexe B de la norme NF EN 1860-3 pour déterminer les caractéristiques de combustion d’un allume-feu, c’est-à-dire la mesure du temps d’allumage (au moyen de la flamme d’un briquet), complété par une mesure de la hauteur des flammes sur une dose d’allume-feu puis sur 3 ou 5 doses. A la suite de ces essais, on constate un comportement au feu et une efficacité relativement homogènes et satisfaisante en termes de sécurité, d’un allume-feu solide à l’autre.
Tous les produits, à l’exception du n° 1, se sont allumés à la première tentative. Le temps d’allumage est en moyenne de 5 secondes, ce qui correspond aux prescriptions de la norme NF EN 1860-3.
Les produits brûlent sans interruption.
La durée de combustion observée pour les différents produits est relativement homogène (entre 10 et 14 mn) et apparaît suffisante pour allumer un combustible solide. Le produit n° 9 produit des flammes pendant 4 mn mais présente au-delà de cette durée une incandescence résiduelle susceptible de favoriser l’allumage d’un combustible solide.
D’un point de vue énergétique, les allume-feu paraffiniques sont les plus performants. Les produits à base de bois le sont nettement moins mais produisent, après combustion, une incandescence résiduelle que ne présentent pas les produits traditionnels et qui prolonge la capacité des allume-feu à embraser du combustible :
–          allume-feu à base de paraffine : 40 MJ/kg ;
–          allume-feu à base de kérosène : 37,5 MJ/kg ;
–          allume-feu de bois compressé et paraffine : 35,3 MJ/kg ;
–          Allume-feu à base de bois compressé : 17,6 MJ/kg.
Il faut noter que, lors de ces essais,  le produit n° 3 a entraîné une explosion de l’appareil de mesure. Par mesure de sécurité, l’essai n’a pas été répété. Ni le laboratoire ni le fabricant, interrogés par la Commission, n’ont été en mesure de fournir une explication à ce phénomène. Ce dernier a signalé que son produit n’est pas considéré, au titre de la réglementation en vigueur comme « explosif » et dit n’avoir jamais eu de réclamations sur ce produit pour des faits similaires.
La combustion des allume-feu solides est en général régulière, sans que des phénomènes dangereux ne se produisent (pas d’embrasement soudain, d’explosion, de projection d’étincelles, de suintements…).
Les hauteurs de flammes varient avec le nombre de cubes utilisés. Pour un cube, la hauteur des flammes (sans combustible) est comprise entre 15 et 30 centimètres[28]. Elles sont en moyenne de 25 cm pour les cubes de paraffine et les produits à base de kérosène, mais ne dépassent pas 17 cm pour les allume-feu à base de bois compressé. En revanche, lorsque la combustion est réalisée sur 3 ou 5 cubes posés à un même endroit du foyer, les hauteurs de flammes sont multipliées en moyenne par deux, ce qui confirme la dangerosité des produits s’ils ne sont pas utilisés dans le strict respect des conditions de mise en œuvre prescrites par les fabricants.
Globalement, le risque de brûlure ou d’incendie lié à l’usage des allume-feu solides apparaît donc beaucoup moins important qu’avec les produits liquides ou en gel, en particulier ceux à base d’éthanol, susceptibles de provoquer des effets flash, des retours de flammes ou de s’enflammer après avoir imprégné un vêtement.

 

2. Les risques d’intoxication

 

Des analyses ont été faites sur la composition des allume-feu et sur les fumées potentiellement nocives dégagées lors de leur combustion (monoxyde de carbone, oxydes d’azote, oxyde de soufre, benzène, composés organiques volatils et parmi ceux-ci le formaldéhyde et l’acroléine. Les résultats ont été rapprochés des prescriptions de la norme NF EN 1860-3 (articles 4.1.1.1 et 4.1.1.2), et, pour les fumées, des valeurs-limites d’exposition à court terme (VLCT) communément admises par des organismes de sécurité sanitaire et environnementale.

 

a. Produits dangereux entrant dans la composition des allume-feu

 

· Le soufre

 

L’article 4.1.1.1 de la norme NF EN 1860-3 prévoit que la teneur en soufre d’un élément constitutif de combustible brut d’un allume-feu solide ne doit pas dépasser 0,05 % (m/m), cette propriété devant être déterminée selon la méthode d’essai spécifiée dans la norme EN 24260 : Produits pétroliers et hydrocarbures – Dosage du soufre – Méthode de combustion Wickbold. Or, le taux maximal de soufre admis par la norme apparaît largement dépassé pour six allume-feu, et ce jusqu’à plus de dix fois, y compris pour les produits à base de bois compressé :
Tableau n° 1

 

La teneur en soufre, a fait l’objet de plusieurs réglementations européennes pour la protection de l’environnement. Elle est un des facteurs qui détermine en effet celle de l’acide sulfurique (à l’origine des pluies acides) et d’oxydes de soufre, fortement irritants, qui peuvent être produits lors de la combustion (S02. Cf. ci-dessous).

 

 

 

 

·  Les hydrocarbures aromatiques et le benzène

 

L’article 4.1.1.1. édicte une condition générale d’exclusion des produits cancérigènes de classe 1 dans la composition des allume-feu solides. L’article 4.1.1.2.  limite quant à lui à 2 % le pourcentage admissible d’hydrocarbures aromatiques dans ces mêmes produits.  Or le benzène est un hydrocarbure aromatique classé cancérigène de classe 1. Cette contradiction entre deux exigences de la norme se traduit par la difficulté d’interprétation signalée ci-après.
L’analyse de la fraction organique des allume-feu solides sélectionnés par chromatographie en phase gazeuse a permis d’analyser les hydrocarbures volatils contenus dans les allume-feu. Les résultats sont donnés pour 1 g de produit dans le tableau suivant [29].
Tableau n° 2
 Avertissement :  La valeur <0,01 % doit être comprise comme inférieure à la plus petite concentration pouvant être quantifiée avec une certitude acceptable dans les conditions de l’expérimentation.
La teneur totale en hydrocarbures mesurée dans les différents allume-feu permet de différencier nettement les produits à base de kérosène et de paraffine qui en contiennent beaucoup plus que ceux à base de bois compressé (dans un rapport de 1 à 3000). Les quantités d’hydrocarbures aromatiques restent néanmoins bien inférieures au seuil de 2 % fixé par la norme.
En revanche, on constate, à des doses très faibles, la présence de benzène, qui, de ce fait rend les produits non-conformes à la norme NF EN 1860-3 sur le point évoqué plus haut (absence de cancérigène de classe 1).
Ces taux ne présentent toutefois pas un caractère de dangerosité avéré. Néanmoins, la Commission s’interroge sur la pertinence et la cohérence de ces valeurs. En effet, dans le cas des allume-feu, l’exposition reste toujours de courte durée (voir la durée de combustion de ces produits). Or, la toxicité aigüe du benzène est très faible par voie orale, cutanée ou par inhalation et il n’existe, de ce fait, pas de valeur limite d’exposition à court terme[30]. Par ailleurs, on peut penser que l’indication explicite d’une valeur limite de 2% pour les hydrocarbures aromatiques englobe bien le benzène, qui est le premier de cette famille. Cette valeur peut être rapprochée de la valeur limite fixée pour la concentration en benzène dans l’essence, qui est de 1%.

 

b. Mesure de certains gaz nocifs dans les effluents

 

La présence des mêmes gaz que précédemment – monoxyde de carbone (CO), composés organiques volatils (COV) et parmi ceux-ci le formaldéhyde et l’acroléine, oxydes d’azote (NOX), oxyde de soufre (SO2) et benzène – a été recherchée dans les effluents de la combustion des allume-feu solides.

 

· Mesure directe dans les fumées

 

La mesure a été effectuée à partir de la combustion de trois à cinq cubes individuels de façon à disposer d’une masse suffisante et de même ordre de grandeur pour l’ensemble des allume-feu. Le captage des fumés a été fait dans le conduit d’évacuation des fumées.
Les résultats de ces essais sont les suivants :
Tableau n° 3
Les valeurs limites d’exposition à court terme retenues sont dépassées par tous les allumes-feu solides testés pour le formaldéhyde, l’acroléine et le benzène et, à l’exception de deux pour les oxydes d’azote. Les allume-feu « naturels » apparaissent, sur ces essais, aussi nocifs que les allume-feu à base d’hydrocarbures. Ils présentent notamment des taux de benzène et de formaldéhydes plus importants. Les fumées issues de la combustion de ces produits sont donc particulièrement irritantes pour les voies aériennes, la gorge et les yeux. Deux produits à base de kérosène présentent un taux de monoxyde de carbone supérieur à 100 mg et peuvent donc être particulièrement dangereux en cas de stationnement au dessus du foyer du fait de son action sur l’oxygénation des tissus, notamment pour les personnes fragiles (asthme, angine de poitrine…). On remarquera également le fait que les allume-feu paraffiniques, vendus comme « sans odeur », émettent autant de gaz toxiques que les autres. Enfin, d’autres gaz pourraient être recherchés, notamment les xylènes et les benzopyrènes, pour évaluer la dangerosité des produits à base de bois
En tout état de cause, il faut cependant relativiser le risque. En effet,  les fumées produites par la combustion des allume-feu solides sont rarement inhalées à la source, ce qui limite les risques d’intoxication aigüe, du moins en atmosphère correctement ventilée. Il faut néanmoins que les usagers évitent de stationner au dessus des foyers durant la combustion des allume-feu. Dans le cas des barbecues, le contact de ces produits avec les aliments, pourrait, en fixant certains de ces rejets, poser des problèmes d’intoxication par voie digestive. C’est pourquoi, il est particulièrement important que les consommateurs respectent scrupuleusement les consignes d’utilisation des fabricants, qui préconisent d’attendre la combustion complète des allume-feu et la formation de braises pour commencer la cuisson des aliments.

 

· Mesures au niveau des opérateurs

 

Une seconde série de mesures de ces gaz nocifs[31] a été réalisée au moyen de prélèvements ponctuels par tubes DRAGER, à une distance de 30 à 40 cm du foyer, correspondant à l’endroit de l’aspiration de l’air par une personne opérant sur le barbecue ou la cheminée.
Dans les conditions des essais, c’est-à-dire avec une évacuation correcte des fumées et une prise d’air au niveau de l’opérateur, ces mesures n’ont pas mis en évidence la présence des gaz nocifs recherchés en quantité suffisante pour activer les réactifs présents dans les tubes malgré une multiplication par deux ou trois des volumes prélevés pour augmenter la réactivité des tubes. En atmosphère correctement ventilée, la combustion d’allume-feu solides représenterait donc un danger minime pour la santé humaine.

 

3. Le risque d’ingestion et de fausse route pour les jeunes enfants

 

La Commission a fait réaliser trois essais pour caractériser le risque d’ingestion :

 

 

a. La résistance de l’emballage aux conditions ambiantes

 

Les essais ont été réalisés conformément aux prescriptions de l’annexe D de la norme NF EN 1860-3. Après une période de conditionnement à une température de 35°C et à 65 % d’humidité relative pendant 48 heures, on ne note aucune dégradation des emballages ou des produits, ni de variation de masse significative. Les emballages sont donc tous conformes à la norme.

 

b. La résistance de l’emballage à la traction

 

La résistance à la traction du film plastique qui emballe directement les allume-feu (ou emballage primaire) dans sa longueur et sa largeur, si elle est suffisante, est un des moyens permettant d’éviter l’accès d’un jeune enfant au produit. L’essai a été réalisé selon la norme NF EN ISO 1924-2. : «  Papier et carton. ― Détermination des propriétés de traction ». Les limites de traction admises par références aux normes du domaine de la puériculture et du jouet étaient au minimum de 50 N lorsque la surface de préhension était inférieure à 6 mm et de 90 N si elle était supérieure[32].
Quatre produits n’ont pu être testés, le n° 7 et le n° 9 car ils sont conditionnés en vrac dans une boîte en carton, et, pour des raisons techniques, le  n° 6, car il se présente sous forme de plaquette d’alvéoles fermées par un opercule d’aluminium, le n° 8 par manque d’échantillon.
Aucun des six autres emballages primaires n’a satisfait totalement aux limites de résistance exigées. L’écart avec les valeurs seuils est important puisque, en longueur comme en largeur, la résistance moyenne des emballages primaires est de 28,5 N. L’emballage du produit 10, contenant des allume-feu à base de bois compressé, a présenté les meilleures performances (52 N en longueur et 83 N en largeur). Pour les deux emballages en carton, la résistance théorique serait de    271 N en longueur et de 94 N en largeur (résistance du carton plat de 300g/m²).
Ces résultats confirment que les emballages des allume-feu solides ne constituent pas aujourd’hui un obstacle suffisant pour éviter l’accès au produit et l’ingestion potentielle par un jeune enfant. Le risque d’accès au produit est en outre aggravé pour les allume-feu présentés en plaque sécable ou en vrac, car une fois le paquet ouvert, la plaque ou les doses individuelles deviennent accessibles de façon permanente à de jeunes enfants. Plus le produit est friable ou cassant, plus grand est le risque d’accident d’ingestion pour un enfant qui le porte à la bouche.

 

c. Le test du cylindre

 

Des doses individuelles de chacun des dix allume-feu ont été soumises au test du cylindre tronqué de 31,7 mm de diamètre, dont les caractéristiques sont définies dans la norme NF EN 71-1 « sécurité des jouets »[33]. Pour les tablettes sécables, l’essai a été réalisé sur une dose découpée selon les lignes pré tracées par le fabricant.
Les doses individuelles de trois allume-feu solides (2, 5, 6), entrent dans le cylindre normalisé et pourraient donc, théoriquement, être ingérés par des enfants de moins de 36 mois. Le laboratoire a par ailleurs noté dans ses observations le caractère friable ou cassable des produits 1, 3, 4 et 8. De ce fait, l’éventualité qu’un enfant puisse ingérer un morceau inférieur à la taille standard des doses n’est pas à exclure. En prenant en compte ce facteur, 7 allume-feu sur les 10 soumis à l’essai aux essais présentent un risque d’ingestion pour les enfants de moins de 36 mois, et en particulier tous les allume-feu à base de kérosène[34].
Tableau n° 4
n° de produit
Nature du composant principal
Mode de conditionnement
La dose unitaire entre dans le cylindre tronqué
 
Remarques
1
K
Tablette sécable
Non
Friable
2
K
Tablette sécable
Oui
3
k
Cubes
Non
Friable
4
p
Tablette sécable
Non
Friable
5
p
Tablette sécable
Oui
6
p
Tablette sécable
Oui
7
b
Cubes
Non
8
b
Bâtonnets
Non
Facilement Cassables
9
b
Bâtonnets
Non
10
b
Tablette sécable
Non
K : kérosène            P : paraffine        B : bois

 

C. ÉVALUATION GLOBALE DU RISQUE PAR LA CSC

 

A titre indicatif, à partir des résultats discriminants de ces essais, on pourrait attribuer un indice de risque global (IRG), propre à la Commission, pour chacun des produits testés  (cf. annexe 4 pour le détail des pondérations affectées à chaque risque) :

 

Tableau n° 5
Risques/produits
P 1
P 2
P 3
P 4
P 5
P 6
P 7
P 8
P 9
P 10
Principal composant (a)
k
k
k
p
p
p
b
b
b
b
Classement brûlure
4
  7
10
6
8
9
3
  2
 1
  5
Classement intoxication
 10
  7
5
6
9
8
2
1
3
4
Classement ingestion
 5
 7
6
4
8
9
1
3
1
2
Classement IRG
6
7
8
5
9
10
2
4
1
3
                                            (a) K : kérosène            P : paraffine        B : bois



Dans ce classement, les allume-feu à base de bois compressé apparaissent globalement et sur chacun des critères retenus moins dangereux que ceux à base d’hydrocarbures. Les produits à base de paraffine seraient ceux qui présentent relativement le plus de risques pour le consommateur.

 

VIII. LES CONCLUSIONS DE LA COMMISSION

 

Cette étude s’est déroulée sur trois axes d’évaluation de risques : brûlure, intoxication et suffocation, qui énoncés dans cet ordre, apparaissent au rapporteur d’importance croissante. Les données épidémiologiques, bien que fragmentaires, et les résultats des essais commandés par la CSC permettent de conclure au moins provisoirement.

 

1. Le risque de brûlure

 

Cet avis avait pour premier objectif de comparer les risques d’exposition aux brûlures par les allume-feu solides à ceux observés avec les allume-feu liquides ou en gel, surtout ceux comportant de l’éthanol dans leur composition.  A cet égard l’objectif d’étude est bien atteint : les allume-feu solides apparaissent en effet nettement moins dangereux et il devient légitime d’en recommander l’usage de préférence aux produits liquides. Cependant la norme allume-feu est insuffisante pour tester systématiquement ces caractéristiques.

 

2. Le risque d’intoxication

 

a. Intoxication par les produits de combustion

 

L’étude de la composition des produits, y compris les produits présentés comme « écologiques » ou « respectueux de l’environnement » montre la présence de soufre et de benzène. D’autre part la combustion des produits libère, à proximité, des produits toxiques qui ne doivent pas être en contact avec des aliments cuits sur un barbecue. Il s’agit de risque d’intoxication aigüe et non chronique qui peut-être géré par un usage correct : ventilation suffisante autour du foyer, pas d’usage en foyer intérieur non raccordé, attente de la combustion complète du produit pour l’utilisation des braises aux fins de cuisson. Les recommandations d’usage doivent systématiquement en tenir compte. Les essais normalisés aussi. Ici encore la norme doit évoluer et prendre en compte ces paramètres.

 

b. Intoxication par ingestion

 

Les données des CAPTV sont éloquentes, le risque majeur observé pour ces produits est leur ingestion par des jeunes enfants. Mais il ne semble pas que le risque toxique soit important car il s’agit d’une exposition aigüe, et non chronique, à des produits à faible absorption digestive et à faible toxicité par cette voie d’exposition.

 

3. Le risque de suffocation

 

Il représente en revanche un risque sérieux et probablement sous évalué car non recensé par les CAPTV qui ne sont pas consultés pour ce type d’urgence vitale pédiatrique. Car, à l’instar des arachides, l’ingestion de produits difficiles à mâcher par un enfant moins de 48 mois peut entraîner un risque de fausse route. Dans le cas présent, l’enfant risque :
−         de confondre un produit de droguerie avec un produit alimentaire (ressemblance de certains conditionnements unitaires ou en tablettes avec des petites pâtisseries ou des confiseries) ;
−         de pouvoir accéder au contenu des emballages qui ne résistent pas aux tests d’ouverture par des enfants, ou qui ne comportent qu’un emballage pour de multiples doses ;
−         de pouvoir ingérer comme on l’a vu, mais aussi de pouvoir inhaler par fausse route des doses dont le calibre ne résiste pas au test du tronc conique, ou des fragments de produits en tablettes qui se détachent trop facilement.
Certes, ces produits ne doivent pas être laissés à la portée des enfants, et les enfants ne doivent pas être laissés sans surveillance, mais il en est de même pour de nombreux produits liquides dangereux qui doivent pourtant être conditionnés dans des emballages de sécurité. La Commission souhaite que, ici encore, les travaux de normalisation permettent de prendre en compte ce type de risque.
En résumé si l’on peut encourager l’usage des allume-feu solides de préférence aux produits liquides, il est aussi souhaitable que les travaux d’actualisation de la norme NF1860-3 des allume-feu intègre les éléments qui ont été soulevés dans cette étude.

 

SUR LA BASE DE CES DONNÉES

 

 
Considérant l’évolution du marché des allume-feu et l’apparition d’allume-feu solides dits « naturels » à base de végétaux, non pris en compte par la normalisation  ;
Considérant le nombre non négligeable d’accidents d’ingestion d’allume-feu solides par de jeunes enfants ;
Considérant les conclusions de l’étude du comité de coordination de toxicovigilance et sa recommandation de remplacer les allume-feu liquides par des allume-feu solides  ;
Considérant la difficulté à analyser l’étiologie de ces accidents et à identifier les produits réellement dangereux en l’état actuel des recueils de données accidentologiques ;
Considérant que les réglementations applicables aux allume-feu solides n’imposent pas que leur composition soit portée sur l’emballage ni qu’ils soient conditionnés dans des emballages ne pouvant être ouverts par de jeunes enfants ;
Considérant que l’utilisation de certains qualificatifs mettant en avant le caractère naturel, biologique, écologique ou non toxique des allume-feu solides accrédite l’idée pour certains consommateurs que ces produits présentent de ce fait des garanties particulières de sécurité ;
Considérant, au vu de l’évolution du marché et de l’accidentologie constatée, que la norme NF EN 1860-3, est dans sa rédaction actuelle, insuffisante pour garantir un niveau satisfaisant de sécurité pour les utilisateurs d’allume-feu solides ;
Considérant la méconnaissance de la norme NF EN 1860-3 « allume-feu pour l’allumage des combustibles solides dans les appareils de cuisson au barbecue – exigences et méthodes d’essais » par les fabricants, les importateurs et les distributeurs d’allume-feu solides ;
Considérant que les résultats des essais menés par la Commission confirment :
−         sous réserve du strict respect des consignes d’usage, une plus grande sécurité vis-à vis du risque de brûlure et d’incendie  des allume-feu solides par rapport aux produits liquides ;
−         la présence de produits nocifs ou toxiques dans certains allume-feu solides, notamment le benzène et le soufre ;
−         la facilité d’accès aux produits pour de jeunes enfants, notamment du fait du manque de résistance des emballages à la traction et, pour certains, à leur conditionnement en plaques sécables ;
−         le risque d’ingestion et de fausse route pour les enfants de moins de 36 mois.

 

 

La Commission recommande :

 

1. Aux pouvoirs publics

 

De dégager les moyens conséquents, nécessaires à l’amélioration des connaissances épidémiologiques relatives à l’étiologie des brûlures et des intoxications en France, par un recueil documenté des circonstances des accidents. Celui-ci permettra notamment de mieux connaître l’accidentologie consécutive à l’usage des allume-feu, notamment les produits solides.
· De faire application aux allume-feu solides des dispositions du décret n° 92-985 du 9 septembre 1992 relatif à la prévention des risques résultant de l’usage de certains produits imitant des denrées alimentaires, lorsque leur présentation et leurs caractéristiques le justifient.
· De veiller à l’utilisation appropriée par les professionnels de certains qualificatifs mettant en avant le caractère naturel, biologique, écologique ou non toxique des allume-feu solides et pouvant accréditer l’idée pour certains consommateurs que ces produits présentent, de ce fait, des garanties particulières de sécurité.

 

2. Aux autorités chargées de la normalisation

 

· A l’occasion des travaux annoncés de révision de la norme NF EN 1860-3 : « allume-feu pour l’allumage des combustibles solides dans les appareils de cuisson au barbecue – exigences et méthodes d’essais », de proposer,  pour tous les types d’allume-feu :
−         De vérifier la cohérence des différentes prescriptions relatives à la composition des allume-feu solides (article 4.1.1.2) ;
−         D’actualiser la rédaction de la norme afin que celle-ci :
° définisse par des indicateurs objectifs les caractéristiques de comportement au feu, les exigences de sécurité et les performances des allume-feu solides;
° fixe des prescriptions permettant de caractériser les produits vendus sous les appellations “naturel” ou “écologique” ;
 
°   prévoie des essais de comportement au feu des produits emballés en doses unitaires dans les conditions d’usage prescrites par les fabricants ;
 °   inclue :
      .   des essais de traction sur l’emballage pour prévenir le risque d’accès au produit et le risque d’ingestion par les jeunes enfants ;
       .   le test du cylindre tronqué pour prévenir le risque d’asphyxie par obstruction des voies respiratoires ;
°  impose que soient portées sur l’emballage des allume-feu solides :
        .    la mention des principaux composants ;
        .   la phrase « ne pas utiliser sur des braises ou des flammes vives » ;
        .    la phrase « ne pas respirer les fumées ».

 

3. Aux professionnels fabricants, importateurs et distributeurs

 

·         Pour les distributeurs, dans la mesure où les allume-feu solides présentent un risque de brûlure bien inférieur à celui des allume-feu liquides ou gélifiés, d’en développer le référencement.
·         De n’importer, produire, conditionner ou commercialiser que des allume-feu solides répondant a minima aux prescriptions de la norme NF EN 1860-3.
·         De faire évoluer leurs gammes de produits vers les allume-feu solides les moins toxiques.
·         D’introduire dans les formulations de leurs produits un amérisant pour limiter les risques d’ingestion et de fausse route pour les jeunes enfants.
·         De participer aux travaux de révision de la norme NF EN 1860-3.
·         Dans l’attente de la révision de celle-ci :
−         D’éviter la présentation des allume-feu solides sous forme de plaques sécables ;
−         De dimensionner ou de faire dimensionner les doses unitaires de produits afin qu’elles ne puissent pas provoquer chez les jeunes enfants d’accident d’asphyxie par obstruction des voies respiratoires ;
−         De soumettre les emballages en contact direct avec les produits à des essais :
        * de comportement au feu dès lors qu’ils sont destinés à être brûlés avec les allume-feu ;
        * de résistance à la traction pour éviter le risque d’ingestion et de fausse route par de jeunes enfants.
·         De porter ou de faire porter sur l’emballage des allume-feu solides :
−         la mention des principaux composants ;
−         la phrase « ne pas utiliser sur des braises ou des flammes vives » ;
−         la phrase « ne pas respirer les fumées ».

 

4.  Aux consommateurs

 

 ·         De privilégier les allume-feu solides de préférence aux allume-feu liquides comme mode d’allumage des combustibles solides dans les cheminées, inserts, poêles et barbecues, etc.
·         De ne laisser en aucune circonstance les allume-feu solides à la portée des jeunes enfants et, en dehors de leur utilisation, de les ranger, à cet effet, dans des emballages ou placards sécurisés.
·         D’éviter d’acheter des allume-feu solides présentés en plaques sécables.
·         De respecter scrupuleusement les consignes d’usage des allume-feu solides données par les fabricants et les professionnels de santé et en particulier :
−         de les utiliser dans des conditions de ventilation satisfaisantes du foyer ;
−         d’éviter d’inhaler les fumées en restant au-dessus du foyer durant la combustion des allume-feu ;
−         pour les barbecues, d’attendre impérativement la fin de la combustion des allume-feu solides, l’extinction des flammes et la présence de braises dans le foyer pour procéder à la cuisson des aliments ;
−         de ne pas raviver des braises avec un allume-feu solide et de ne pas jeter d’allume-feu sur des flammes vives.

 

ADOPTÉ AU COURS DE LA SÉANCE DU 2 JUILLET 2009
SUR LE RAPPORT DU DR CHARLES HEMERY

Assisté de Muriel GRISOT, Conseillère Technique de la Commission, conformément à l’article R. 224-4 du code de la Consommation.

 

 
,

La CSC vous invite à consulter les articles suivants :