Presse
A- | A+

Les dangers des trampolines à usage familial

Paris, le 15 janvier 2007

 

De forme ronde, tandis que les modèles réservés aux sportifs sont rectangulaires, les trampolines à usage familial s’installent peu à peu dans nos jardins. De plus en plus grands – jusqu’à 6 mètres de diamètre – et performants, ces appareils peuvent se transformer en véritables catapultes pour enfants. En témoignent la lecture de la presse anglo-saxonne et les résultats convergents d’enquêtes d’accidentologie effectuées en France et aux Pays-Bas.

 

La Commission de la sécurité des consommateurs (CSC), dans un avis adopté le 14 décembre dernier, constate en effet qu’entre 1999 et 2003, parmi les 482 accidents de trampoline recensés dans notre pays, 18 % concernaient des appareils domestiques. Une tendance qui s’accroît avec l’augmentation du nombre d’appareils vendus sur le marché national, soit quelque 6 000 pièces en 2006 (+20 % par rapport à 2005).
Premières victimes : les enfants entre 5 et 14 ans. Ils constituent 73 % des accidentés. Principaux traumatismes : les contusions (53 %), suivies par les entorses (21 %) et les fractures (16 %).

 

La CSC a fait tester six appareils. Il en ressort un manque notoire de précision et de clarté dans les notices d’utilisation et des marquages souvent défaillants. Des avertissements du type « Ne sautez qu’à une seule personne », « A n’utiliser que sous la surveillance d’un adulte » ou « Otez vos chaussures ou tout objet blessant avant de monter » mériteraient pourtant d’y figurer en bonne place. Avec la complicité du triple champion du monde de la discipline, Lionel Pioline, la Commission a fait procéder à des essais dits « au porté » où elle a pu constater les défauts de conception de certains modèles : faiblesse du châssis, instabilité des pieds, manque de rigidité du couple toile-ressorts pouvant induire de mauvaises réceptions.

 

Aussi, la Commission recommande-t-elle aux pouvoirs publics d’encourager les travaux de normalisation qui permettraient d’améliorer la sécurité de ces appareils. Elle invite d’ailleurs les professionnels (fabricants et distributeurs) à y contribuer activement, constatant que ces produits sont d’une relative simplicité technique et qu’il devrait être aisé d’en améliorer, notamment, les conditions d’assemblage, la performance des ressorts ou le positionnement et la qualité des mousses de protection.

 

La CSC rappelle aux parents qu’ils doivent s’assurer que leurs enfants disposent bien des capacités physiques pour utiliser ces appareils, avant de les laisser s’engager dans un exercice plus intense qu’il n’y paraît. Pour éviter tout risque de collision, elle leur conseille de n’autoriser qu’un seul utilisateur par trampoline.

 

Télécharger le communiqué (pdf)

 

La CSC vous invite à consulter les articles suivants :