Habitat
A- | A+

Poêles à pétrole mobiles

Ces appareils, fonctionnant au pétrole lampant, sont prévus pour une utilisation en intérieur et doivent être utilisés avec un maximum de précautions.

En effet, deux risques principaux existent, qui, s’ils ne sont pas propres aux poêles à pétrole, prennent toute leur importance du fait de leur mobilité et de l’absence de tout raccordement à une évacuation extérieure.

 

Risque d’incendie

 

  • Appareil placé trop près de matériaux combustibles (rideaux…).
  • Emploi de combustible inadéquat (essence…) qui peut entraîner une explosion.
  • Remise à niveau du réservoir alors que le poêle est éteint mais encore chaud ou, pire, allumé.
  • Renversement de l’appareil (cas le plus fréquent) qui, au moins sur certains types d’appareils, surtout anciens, conduit à répandre le combustible sur le sol et à provoquer son inflammation.

 

Risque de dégagement de gaz toxiques

 

Il est provoqué par une combustion imparfaite et/ou par une mauvaise aération. Le plus connu de ces gaz est le monoxyde de carbone (CO), mais il y a aussi notamment les oxydes d’azote et l’anhydride sulfureux.

 

Textes applicables

(Ces textes sont donnés à titre informatif et ne sauraient se substituer à la réglementation en vigueur)

 

  • Norme NF D35-300 (décembre 1992) : Appareils mobiles de chauffage d’appoint à usage domestique à fonctionnement intermittent à flammes utilisant le pétrole lampant désaromatisé non raccordés à un conduit ou à un dispositif spécial d’évacuation des produits de la combustion.
  • Décret n° 2000-1003 du 16 octobre 2000 modifiant le décret n° 92-1280 du 10 décembre 1992 édictant les prescriptions de sécurité relatives aux poêles mobiles à pétrole lampant désaromatisé ou non.

 

Conseils de Prévention

 

  • Le poêle doit être placé dans un endroit dégagé, sur une surface plane et stable, à plus de 1 m de tout mobilier ou matériau susceptible d’être combustible.
  • N’utilisez que le combustible préconisé par le constructeur, à l’exclusion de tout autre, même si les indications figurant sur la notice de celui-ci peuvent laisser supposer qu’il s’agit d’un combustible similaire.
  • N’effectuez la recharge de l’appareil que lorsqu’il est éteint et complètement froid.
  • Avant l’allumage, assurez-vous que le réservoir contient suffisamment de combustible pour la durée prévue du chauffage.
  • N’employez pas ces appareils dans un véhicule de loisirs (caravane, mobil home, camping car) ou dans des locaux de faible volume. En effet, l’utilisation de ces poêles, compte tenu du rejet des gaz de combustion dans l’atmosphère du local, suppose un renouvellement très important de l’air de celui-ci. A titre d’exemple, des tests sur des appareils parfaitement réglés ont montré que, pour que les valeurs limites de concentration de CO ne soient pas dépassées, le renouvellement d’air minimum dans le local, suivant le type et la puissance de l’appareil, varie entre 2 et 3 fois par heure (évalué par le nombre de fois que l’air du local doit être complètement renouvelé en une heure). Ce taux de renouvellement ne peut pas être atteint dans la majorité des pièces d’habitation.
  • Réservez ce mode de chauffage à des lieux spacieux et bien ventilés et sous réserve que la durée d’utilisation soit faible.

 

 

Que faire en cas d’accident ?

 

En cas d’incendie

  • Prévenez immédiatement les Sapeurs-Pompiers (18).
  • Evacuez rapidement le local en essayant de confiner l’incendie (fermeture des portes et fenêtres).
  • N’essayez pas d’éteindre le feu avec de l’eau. En effet, le pétrole, moins dense que l’eau, resterait à la surface et brûlerait sur une plus grande étendue.
  • Utilisez un extincteur à poudre.

 

En cas d’intoxication oxycarbonée

  • Aérez le local.
  • Prévenez immédiatement les services d’urgences (SAMU : 15 ; Sapeurs-Pompiers : 18)

 

Télécharger la fiche (pdf)

 

 

La CSC vous invite à consulter les articles suivants :