Sports & Loisirs
A- | A+

Salles de remise en forme

S’inscrire dans une salle de fitness séduit de nombreux Français, plus que jamais soucieux de leur santé et de leur bien-être. Entre 3 et 5 millions de personnes, soit 6 à 8 % de la population, entretiennent leur forme dans ces clubs. Cours collectifs, cardio-training, musculation, activités aquatiques, hammam, sauna… les prestations proposées sont multiples.

L’appellation « salle de remise en forme » recouvre des activités très diversifiées, proposées par des organismes de statut très variable :

– des salles créées à des fins commerciales qui proposent un accès payant à divers espaces et équipements (salles de gymnastique et de musculation appareillées, piscines, jacuzzi, saunas, hammam) soit avec un encadrement, des cours et une surveillance assurés par des animateurs diplômés soit sans encadrement ;
– des espaces et équipements dans des structures associatives ou professionnelles, mis à la disposition de leurs adhérents, salariés ou agents avec ou sans encadrement ou surveillance et moyennant l’acquittement d’une cotisation ou la souscription d’une licence ;
– des espaces et équipements mis à la disposition des clients avec ou sans encadrement ou surveillance au sein de résidences de tourisme, de gîtes de vacances, d’hôtels, de restaurants, de campings, de parcs de loisirs, accessoirement à la prestation principale payante de séjour, d’hébergement ou de repas.

 

Les bienfaits du sport ne sont à plus à démontrer : influences positives sur la santé par la prévention de certaines maladies, notamment cardio-vasculaires, diminution des accidents du travail, équilibre psychique, dépassement de soi.

 

Toutefois, le sport et loisirs « d’entretien » qui se cache sous le vocable de « remise en forme », n’est pas exempt de risques en raison de sa pratique libre. Une pratique non maîtrisée peut entraîner des troubles de nature cardio-vasculaires, des traumatismes et troubles musculo-squelettiques (TMS). Chez l’enfant et l’adolescent des précautions d’usage des appareils doivent impérativement être respectées.

 

En effet, la contraction musculaire peut être décrite selon deux efforts physiologiques opposés :

– des efforts à charge constante avec déplacement important, les efforts isotoniques (qui peuvent être concentriques si le muscle se raccourcit ou excentriques s’il s’allonge) ;
– des efforts à charge croissante avec faible déplacement, les efforts isométriques.

 

Les efforts isométriques sont ceux qui mobilisent des charges importantes en puissance avec de faibles vitesses et de faibles déplacements. C’est le travail “de la fonte”. Ils augmentent rapidement la masse musculaire et la force du muscle mais exercent des tractions fortes sur les tendons et les extrémités osseuses et risquent d’entraîner des troubles de croissance chez le sujet jeune.

 

Il est donc conseillé aux enfants, qui doivent ménager leur cartilage de conjugaison (zone fragile de croissance de l’os), d’effectuer des mouvements isotoniques à charge faible et de rechercher la vitesse, l’influx, plus que la force pure.

 

Il est à noter que le personnel encadrant doit être titulaire d’un diplôme qui doit être affiché sur le site.

 

Textes applicables

(Ces textes sont donnés à titre informatif et ne sauraient se substituer à la réglementation en vigueur)

 

  • Norme NF EN 957-2 (octobre 2003) : Appareils d’entraînement fixes – Partie 2 : appareils d’entraînement de force, exigences techniques spécifiques de sécurité et méthodes d’essai supplémentaires.
  • Norme NF EN 957-4+A1 (juin 2010) : Appareils d’entraînement fixes – Partie 4 : bancs pour haltères, exigences spécifiques de sécurité et méthodes d’essais supplémentaires.
  • Norme NF EN 957-5 (mai 2009) : Appareils d’entraînement fixes – Partie 5 : appareils d’entraînement à pédales, exigences spécifiques de sécurité et méthodes d’essai supplémentaires.
  • Norme NF EN 957-6+A1 (mai 2014) : Appareils d’entraînement fixes – Partie 6: Simulateurs de course, méthodes d’essai et exigences de sécurité spécifiques supplémentaires.
  • Norme NF EN 957-7 (septembre 1998) : Appareils d’entraînement fixes – Partie 7 : rameurs, prescriptions spécifiques de sécurité et méthodes d’essai supplémentaires.
  • Norme NF EN 957-8 (septembre 1998) : Appareils d’entraînement fixes – Partie 8 : monte-escaliers, escalators et simulateurs d’escalade – Prescriptions spécifiques de sécurité et méthodes d’essai supplémentaires.
  • Norme NF EN 957-9 (octobre 2003) : Appareils d’entraînement fixes – Partie 9 : appareils elliptiques, exigences spécifiques de sécurité et méthodes d’essai supplémentaires.
  • Norme NF EN 957-10 (novembre 2005) : Appareils d’entraînement fixes – Partie 10 : bicyclettes d’exercice avec une roue fixe ou sans roue libre, exigences spécifiques de sécurité et méthodes d’essai supplémentaires.
  • NF EN ISO 20957-1 (novembre 2013) : Équipement d’entraînement fixe – Partie 1 : exigences générales de sécurité et méthodes d’essai.
  • Norme XP S52-412 (janvier 2011) : Salles de remise en forme – Exigences de conception et de fonctionnement.

 

 

Conseils de Prévention

 

  • Consultez un médecin avant toute inscription ou fréquentation d’une salle de remise en forme en vue de réaliser un examen de santé et d’obtenir un certificat médical de non contre-indication à la pratique sportive envisagée.
  • Veillez à ce que les enfants et adolescents encore en phase de croissance ne pratiquent pas d’activités de musculation ou de manipulation de charges lourdes.
  • Utilisez, sur les appareils d’entrainement de « cardio-training », les outils permettant de prendre son rythme cardiaque en cours d’effort.
  • Echauffez-vous musculairement avant toute pratique physique ou sportive.
  • Demandez au personnel d’animation un programme d’entrainement à réaliser après une évaluation d’aptitudes physiques et techniques individualisée.
  • Utilisez une serviette sur les équipements d’entrainement et lors des cours collectifs pour éviter aux utilisateurs suivants les pathologies éventuelles dues à la transpiration et changer régulièrement la serviette utilisée.
  • Ne consommez pas de compléments alimentaires sans avis médical.

 

 

Télécharger la fiche (pdf)

 

 

La CSC vous invite à consulter les articles suivants :