Risques, Accidents & Urgences
A- | A+

Suffocation, inhalation & ingestion accidentelle

Ces accidents surviennent surtout chez l’enfant de moins de 4 ans à la suite d’une « fausse route » dans les voies respiratoires. Ils sont dus principalement à l’inhalation de corps étrangers (cacahuètes, pistache, pièces de monnaie, éléments de jouets, billes, bonbons, morceaux de viande, etc…).

Comme le montre le schéma ci-dessous, les aliments ou autres objets peuvent emprunter plusieurs voies.

 

Voies aéro-digestives

 

 

 

La suffocation, entraînant un arrêt brutal de la respiration, est caractérisée par un état pathologique dans lequel l’accès normal de l’air dans les poumons est empêché partiellement ou totalement par un obstacle mécanique (corps étranger) situé sur le trajet des voies respiratoires (de la bouche et du nez jusqu’aux bronches en passant par le pharynx, le larynx et la trachée).

 

L’inhalation accidentelle (fausse route) résulte du passage d’un aliment ou d’un petit objet dans les voies respiratoires (gorge, trachée, bronches) plutôt que dans les voies digestives (œsophage). Outre les problèmes respiratoires, la présence de corps étrangers dans la trachée ou les bronches génère un risque d’infection.

 

L’ingestion accidentelle provient du passage d’un corps étranger dans l’œsophage, puis le tube digestif. Elle peut provoquer des lésions internes selon la nature des objets ingérés : piles contenant du mercure ou objets pointus.

 

Conseils de Prévention

 

Pour les enfants

 

  • Placez hors de portée des jeunes enfants, les objets de petite taille, comme par exemple les pièces de monnaie, piles, capuchons de stylos.
  • Ne les laissez pas accéder sans surveillance aux jeux des plus grands qui peuvent présenter des risques : dés, pions, petites pièces de jeux de construction, etc…
  • Ne laissez pas les jeunes enfants s’approcher des produits alimentaires de petite taille comme les cacahuètes, amandes et autres pistaches.

 

 

Pour les adultes

 

  • Prenez garde au relâchement de vigilance lors de repas festifs, éclats de rires et hoquets peuvent provoquer des « fausse-route ».
  • La prise de médicaments, sauf indication contraire, doit toujours être accompagnée d’un verre d’eau, notamment chez les personnes âgées.

 

Que faire en cas d’accident ?

 

Si la victime tousse

 

  • Ne faites aucun geste, et laissez-la reprendre sa respiration.
  • S’il s’agit d’un enfant, ne le suspendez pas par les pieds. N’introduisez pas vos doigts dans sa bouche. Ces manœuvres sont dangereuses.
  • Conduisez la victime, en position assise ou debout, à l’hôpital le plus proche de votre domicile afin d’avoir un avis médical.

 

Si la victime ne peut pas tousser, ne peut plus parler, ni respirer

 

  • Appelez les services de secours : SAMU (15), Sapeurs-Pompiers (18).
  • Essayez la méthode des « claques dans le dos » dont le but est de provoquer un mouvement de toux, de débloquer et d’expulser le corps étranger qui obstrue les voies aériennes :

placez-vous sur le côté et légèrement en arrière de la victime ; soutenez son thorax avec une main et penchez-la suffisamment en avant pour que l’obstacle dégagé sorte de la bouche plutôt que de retourner dans les voies aériennes ; donnez-lui 5 claques vigoureuses dans le dos, entre les deux omoplates avec le plat de l’autre main ouverte.

  • En cas d’échec de l’expulsion du corps étranger, vous devez réaliser immédiatement la deuxième manœuvre dite « manœuvre de Heimlich », qui consiste en une compression abdominale.

 

 

La victime est debout : le sauveteur se place derrière elle, passe ses bras sous ceux de la victime, met un poing sur la partie haute et médiane de l’abdomen au-dessus du nombril, juste en-dessous du sternum. Il place l’autre main sur la première, les avant-bras appuyant sur les côtes. Il tire violemment vers lui de bas en haut et d’avant en arrière, comme pour couper la victime en deux.

La victime est assise : le sauveteur se place derrière elle, genoux fléchis pour être à bonne hauteur et agit comme précédemment.
La victime est étendue sur le sol : le sauveteur l’allonge à plat dos, se met à califourchon sur ses hanches, place un poing au creux de l’estomac, l’autre main sur la première, les avant-bras appuyant si possible sur les dernières côtes et appuie violemment.

 

Si la victime est un nourrisson

 

  • Utilisez la manœuvre de Mofenson : l’enfant est placé à califourchon sur la cuisse du sauveteur, tête dépassant son genou. Le sauveteur frappe violemment entre les deux omoplates avec le plat de la main.

 

 

Ces manœuvres peuvent être répétées plusieurs fois de suite en quelques secondes.
Seul l’apprentissage des gestes de premiers secours permet de réaliser ces manœuvres dans de bonnes conditions.

 

Télécharger la fiche (pdf)

La CSC vous invite à consulter les articles suivants :